5 trucs pour rater sa communication

Les blogs, les sites internet et YouTube

1 Le blog "bidule", la chaîne "machin" ou le site internet "chose", quelle importance ?

ce que je pense

C'est vraiment pas cher, du coup je ne paye presque rien et je peux me permettre de diffuser ma pub toute l'année.

 

la réalité

Le blog n'a peut-être aucun lecteur, la chaîne YouTube aucun abonné, et le site aucun visiteur. Cela signifie qu'il n'y a personne pour voir ma pub et que je n'aurais aucun client par ce biais. Je perds de l'argent.

 

Le bon réflexe

 Sur YouTube, la première chose à faire, c'est de se rendre sur la Chaîne en question et de regarder le nombre d'abonnés. Une petite chaîne locale comme Alsace 20 sur youtube, c'est, par exemple, 8000 abonnés. Si vous voyez moins de 1000 abonnés passez votre chemin.

 

Pour les blogs et les sites internet, vérifiez s'ils ont des réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) et s'ils ont beaucoup de fans ou non.

2 Qui sont les clients de ce site/blog/cette chaîne ? Peu importe !

ce que je pense

Je vise n'importe qui parce que je pense que mon offre s'adresse à tout le monde.

 

la réalité

 Viser tout le monde, c'est le meilleur moyen de n'atteindre personne.

 

Le bon réflexe

 Regardez dans quelle ville / région se situe le propriétaire du blog, de la chaîne... Généralement la plus grande partie de son public viendra de cette région là (Exemple pour un blog beauté à Paris, la plupart des fans sont Parisiens). Si votre offre s'adresse plutôt à un public de proximité (un restaurant par exemple), ces personnes ne feront pas 474 km pour venir manger à midi.

  

Faites attention au type de public qui est visé par le site. Si ce sont plutôt des étudiants avec un pouvoir d'achat très bas, il y a peu de chances qu'ils soient intéressés, par exemple, par un hébergement très luxueux et très onéreux.

3 Je paie pour une pub sous n'importe quelle forme

ce que je pense

Je n'ai pas trop de question à me poser et en plus ça ira très vite. Après tout, ils doivent savoir ce qu'ils font non ?

 

la réalité

Ne pas savoir ce que j'achète et pour quelle prestation j'ai payé signifie aussi que je me prive du droit de réclamer si la prestation est finalement de mauvaise qualité / ne correspond pas à ce que je voulais.

 

Le bon réflexe

 Je veux une vidéo : j'exige une vraie vidéo et non pas un diaporama avec des photos qui défilent. C'est statique et ça ne représente pas correctement mon établissement. Je fais développer mon "film" par une vraie société d'audiovisuel.

 

Je veux un article de blog, je contacte les blogueurs qui ont retenu mon attention pour leur demander un devis et comparer leurs offres. Un blog se base sur une expérience personnelle, le blogueur doit donc venir "tester" votre établissement pour écrire le meilleur article possible. Je me méfie des blogueurs qui me promettent un article alors qu'ils ne sont pas venus voir mon établissement.

 

Je veux une bannière, un bandeau ou un encart pour diffuser ma publicité sur un site internet. Soit je suis capable de réaliser moi-même un très beau visuel avec mon texte publicitaire, soit je m'adresse à un graphiste dont s'est le métier et qui me fournira un visuel efficace que je pourrais diffuser où je le souhaite dans des formats adaptés à internet.

4 la plateforme qui diffuse ma pub n'a qu'à se débrouiller pour faire l'annonce

ce que je pense

Encore une fois, c'est plus facile pour moi et ça ne me demande aucun travail supplémentaire.

 

la réalité

Je confonds deux prestations différentes : la création d'une publicité et la diffusion de cette dernière. La plateforme qui diffuse la publicité n'est ni graphiste ni réalisateur. Au final, je dispose, bien souvent, d'un vidéo ou d'une bannière qui est de mauvaise qualité et qui ne sera vue par personne faute de public.

 

le bon réflexe

Pour avoir une publicité efficace et attractive, je dois passer par des professionnels qui réaliseront pour moi de belles vidéos et de beaux encarts.

 

Pour diffuser cette publicité, je choisis des sites/blogs/chaînes qui ont beaucoup de public.

 

Un exemple concret :

Je demande à un graphiste de réaliser un bel encart pour les 25 ans de ma structure. Bien entendu, il postera son travail sur son propre site internet pour montrer qu'il fait de belles choses mais ce n'est pas à lui de se charger de la promotion à proprement parler. C'est à moi d'aller vers les magazines, les sites internet ou les blogs qui ont retenus mon attention et de mettre en place un partenariat pour diffuser cet encart chez eux.

 

Et inversement, si j'achète une place pour diffuser une annonce sur un site/blog/... ce n'est pas au site de réaliser l'encart pour moi.

5 ça marche ou ça ne marche pas, qui peut savoir ?

ce que je pense

Je ne me pose pas de question et je ne fais pas de soucis, après tout, impossible de savoir combien de personnes ont vu mon annonce, non ?

 

la réalité

Je ne sais pas si ma publicité a été efficace et si mon investissement va me rapporter des clients ou non. J'ai raté mon objectif principal qui est le retour sur investissement.

 

Le bon réflexe

Avant de valider quoi que ce soit, je me renseigne auprès du site, du blog ou de la chaîne qui va diffuser ma publicité pour savoir s'ils ont un suivi du nombre de clics, de visionnage etc. Internet, ce n'est pas la quatrième dimension. Aujourd'hui il existe de nombreux moyens fiables de savoir si une annonce a été vue, si des gens ont cliqué dessus (link tracking) ou si une vidéo a été regardée.

 

YouTube est un très bon exemple : lorsque vous regardez une vidéo amusante, il y a généralement une publicité qui s'affiche au lancement ou pendant la vidéo. La structure qui diffuse la publicité peut vérifier en temps réel combien de personnes ont vu la publicité, combien lui coûte un visionnage, quelle langue parlent les personnes qui regardent le plus leur publicité etc...


Cet article a été rédigé par Emilie Raynaud pour l'Office de Tourisme de la Région de Molsheim-Mutzig.

 

Une question ? Contactez-nous !

Écrire commentaire

Commentaires : 0